Goodbye gym, hello great outdoors

Article published in The Gazette by Jill Barker

0622 Fitness Barker 01

With summer weather upon us, it seems a shame to head indoors for a workout.

And while you won’t find the same equipment in the great outdoors as at the local gym, most parks have all you need to get the job done (rocks, park benches, stretches of green grass). If you’re fortunate enough to have access to any of the new outdoor gyms popping up across the country, you’ll have plenty there to keep you busy as well. To help you get the most from the outdoors, here are a few exercises to add to your repertoire. Performed consecutively, the exercises combine to make a great workout. And if you’re a runner, cyclist or swimmer, consider stopping off at the park once or twice a week to give the workout a try. The combination of strength, power and cardio has the potential to boost your performance. Start with a five-minute brisk walk or easy jog to warm up before moving from exercise to exercise, doing as many repetitions as you can in 30 seconds. Once you’ve done all six, take a two-minute break and repeat. Perform the whole circuit four times for a 20-minute workout guaranteed to get your heart pumping and muscles quivering. Read full article

Héros du vendredi : la callisthénie, de la gymnastique de rue

Publié par ici Radio Canada

150605_zi35z_cptt-heros-muscu_sn635

La callisthénie : derrière ce nom un peu barbare se cache une discipline de rue impressionnante. Vincent Di Maurizio, membre du groupe d’entraînement Tribarta, a initié Jean-Patrick Balleux au parc Laurier, l’un des 14 parcs de callisthénie à Montréal.

Voir l’article au complet, cliquez ici

GYM URBAIN

Publié par Lapresse Plus

L’été, c’est fait pour jouer ? Oui, surtout si on s’entraîne au parc ! Plus populaires que jamais, les aménagements urbains font de l’œil (et du muscle) aux sportifs de tous âges. Démystification d’un phénomène en vogue et tour de piste des meilleures installations montréalaises.

Aux États-Unis, en Chine et dans les pays nordiques, les gyms extérieurs font fureur depuis une dizaine d’années déjà. Ici, on parle plutôt d’un phénomène récent. Les appareils urbains ne semblent se multiplier aux quatre coins de la province que depuis quelque temps, offrant aux petits et grands une nouvelle façon de se (re)mettre en forme en plein air, et ce, gratuitement.

« Si le concept n’a réellement pris de l’ampleur au Québec qu’il y a environ cinq ans, c’est que les appareils d’hébertisme extérieurs n’étaient auparavant pas très modernes ni performants », constate Eric Tomeo, président et fondateur de TrekFit, une entreprise de chez nous commercialisant de l’équipement urbain accompagné de programmes d’entraînement de pointe. « On peut d’ailleurs tous remercier Danielle Danault qui, avec ses cours de Cardio Plein Air, a donné l’envie aux gens de s’entraîner dehors, douze mois par année. »

D’autres bonnes raisons expliquent le récent essor des sports d’extérieur chez nous : l’implication de la Ville de Montréal pour faire bouger plus et mieux ses habitants (avec la création de nouveaux chemins de course à pied et de pistes cyclables, entre autres) et la volonté de plusieurs personnes de trouver une solution de remplacement à la fois simple, originale et peu coûteuse au sacro-saint entraînement en salle. « Il y a de nombreux facteurs qui font des aménagements urbains une bonne option pour la mise en forme, dit Eric Tomeo. Dans le cas des installations TrekFit, par exemple, on parle de circuits bien construits, qui durent longtemps et qui sont agréables à voir et à toucher. De plus, chaque module est accompagné d’un guide d’utilisation composé de directives et d’une illustration claires, ainsi que d’un code QR menant à des vidéos explicatives, dans le but d’aider le sportif à s’entraîner tout en se sentant hautement compétent. »

Tout un chacun est d’ailleurs le bienvenu pour travailler ses muscles et son cardio avec les modules. Les modes d’utilisation sont généralement offerts en deux versions, soit basse et haute intensité. Et la plupart des programmes d’entraînement sont présentés en différentes déclinaisons : pour les jeunes, pour les adultes, pour les aînés et pour les handicapés en fauteuil roulant. « Si l’on parle d’entraînement inclusif et fonctionnel, c’est que les installations urbaines trouvées dans les parcs s’adressent à tout le monde et servent à développer les muscles nécessaires aux mouvements de la vie de tous les jours, comme monter un escalier ou transporter une boîte, explique Eric Tomeo. Puis, les gens peuvent vraiment utiliser les modules à leur guise : ils peuvent faire des mouvements en suspension à l’aide d’élastiques, suivre des méthodes de conditionnement physique de type cross training (CrossFit), exécuter des exercices de gymnastique façon callisthénie, et plus encore. »

Au total, on compte une quarantaine de parcs munis d’installations TrekFit au Québec, dont plus de 25 dans la région de Montréal seulement. L’entreprise étend également sa présence chez nos voisins du sud depuis peu, se retrouvant dans une quinzaine d’États américains, dont le Vermont, la Floride et la Californie. Comme quoi la mise en forme en plein air est universelle, et de plus en plus populaire.

UNE APPLI, AVEC ÇA ?
TrekFit vient de lancer sur le marché une application mobile (à télécharger gratuitement à la boutique en ligne App Store) visant à simplifier la vie des sportifs en herbe et des accros aux entraînements en plein air. Au menu : une carte de tous les parcs à aménagements urbains trouvés près de chez nous, des programmes d’entraînements personnalisés et des vidéos instructives expliquant le bon fonctionnement des installations. Pratique !

Voir l’article au complet, cliquez ici