Macadam – Garder la forme dans un gymnase en plein air

L’été en ville, c’est l’occasion de sortir de la routine ou des sentiers battus. Cette année encore, nos journalistes ont déniché pour vous des coins surprenants, des activités méconnues, des personnages, et fait plusieurs découvertes qui donnent leur texture à nos villes.

Ce que ça peut être stressant de s’entraîner dans un centre de conditionnement! Faut suer à proximité des autres. Essayer de ne pas trop penser à ce qu’on a l’air avec notre ventre qui gigote alors qu’on tente de pianoter son erre d’aller sur le clavier tapis roulant. «On ne devrait surtout pas être esclave des machines», reconnaît Éric Tomeo, fondateur du nouveau circuit Trekfit, un équipement d’entraînement en plein air, dont le premier de son espèce loge au parc Jean-Drapeau, entre un parc pour enfants et le complexe aquatique.

«Même qu’après avoir essayé le circuit, tu réalises que tu peux reproduire les mêmes exercices à la maison avec une chaise de cuisine ou l’escalier dehors», suggère l’entrepreneur, qui a voulu redonner à l’exercice physique ses lettres de noblesse, et surtout sa simplicité. Que ce soit la grand-maman qui a envie de se délier les mollets pendant que son petit-fils s’amuse à attraper des papillons autant que le nageur de compétition qui veut s’entraîner avant de plonger, tous les types de sportifs sont les bienvenus dans ce «parc pour adultes».

Un kinésiologue dans le coup

Pour s’assurer que ses stations offrent un exercice des plus complets, M. Tomeo s’est lié à Alexandre Paré, kinésiologue au corps musclé jusqu’aux oreilles. Ce dernier a conçu les séances d’exercices de chacune des cinq stations du circuit Trekfit, des parcours qu’on peut prendre dans leur version facile — ou «sportif en formation» — lorsqu’on a un physique moins découpé que l’expert Paré. Si l’idée fait penser aux installations colorées sur lesquelles les aînés asiatiques se dégourdissent, lorsqu’on lui fait part de la comparaison, le spécialiste tique.

«C’est pas parce qu’ils ont de l’équipement extérieur que c’est valable d’un point de vue physiologique», défend le consultant sur l’aspect santé. La première crainte des personnes âgées, c’est de tomber. «Alors pour éviter ça, faut entraîner les membres inférieurs.» Comme l’explique le spécialiste, tournoyer sur un jeu ludique bleu et rouge, c’est bien amusant, «mais pas très efficace pour travailler les stabilisateurs».

Fondue dans l’environnement

Les stations aux lignes courbes, imaginées par l’équipe de la boîte montréalaise Signature Design Communication, sont quant à elles plus que discrètes. Fabriquées en acier inoxydable et en Ductal®, un béton fibré ultrarésistant, elles se fondent dans l’environnement du parc. D’emblée, exception faite de l’échelle suspendue, on se ne sait pas trop comment s’y exercer quand on regarde le circuit. C’est pourquoi les graphiques sur panneaux viennent illustrer les mouvements qu’on doit faire, tantôt pour s’échauffer, s’entraîner puis finalement s’étirer. Au total, le parcours, qu’il est possible d’imprimer de la maison via le site de Trekfit, prend de vingt à trente minutes à compléter.

Ce sont les rustiques circuits de bois, si populaires il y a une vingtaine d’années sur les pistes d’hébertisme, qui sont à l’origine de l’idée de l’entreprise. Pour son président, l’idée était d’offrir un circuit qui s’adapte à tous, même à ceux qui n’ont pas beaucoup de connaissances en entraînement physique. Fidèle à sa vocation sportive, le parc Jean-Drapeau a pris le leadership en y érigeant ce parc, et l’homme d’affaires, qui ne cache pas son rêve d’implanter son Trekfit sur le mont Royal, est persuadé que l’idée va faire des petits au cours des prochaines années. «Ça va être intéressant de voir comment les villes vont se référer à des spécialistes, prendre des bonnes décisions pour ne pas que l’on se retrouve avec plein de parcs remplis de gadgets qui ne sont pas utiles pour la santé physique.»

http://www.ledevoir.com/recherche/?expression=trekfit&x=0&y=0

(English) Outdoor gym gives average Joe a leg up. Quebec company installs free circuit training system in Jean Drapeau Park

MONTREAL – Not everyone has the luxury of a gym membership, but if you look around, there are some parks with training equipment, most notably an area in Irma Levasseur park in Outremont and new circuit training system recently installed in Jean Drapeau Park on Ile Ste. Helene near the big swimming pool.

Free access to physical activity is the idea behind both of these installations, which are meant for use by people over the age of 13.

No longer just the arena of swings and teeter-totters, parks are catering to the adults, too.

“I think more parks should do this,” said Gazette fitness columnist Jill Barker. “We’re in good company because they have this at the Santa Monica Pier and other places in California.”

The Societe du Parc Jean-Drapeau, a para-municipal body that runs the facilities of the islands (Notre Dame and Ste. Helene) made a deal with a new Quebec company, Trekfit, to be the first to have a high-performance concrete and stainless steel installation that allow participants to exercise every part of the body, doing pull-ups, step-ups, squats and body dips to name a few.

“We wanted to complement the sports centres (basin, track, pool) we already have with this kind of outdoor gym,” said park spokesperson Nathalie Lessard.

Eric Tomeo, president of Trekfit, said many elite athletes train at Jean Drapeau Park -rowers, cyclists and swimmers -and having circuit training on site was a natural fit. The system also is for your average Joe and Josephine who’d like to get a complete workout, at a kinder, gentler pace.

“An elderly couple and a baseball team can both use the same equipment, just at different levels,” Tomeo said.

Parks, like libraries, are the responsibility of each individual borough, so Tomeo will have to make his pitch to all the boroughs and Laval for any future sales as there is no one blanket policy on park equipment. The Societe, with its seven-person board, makes its own decisions on where to spend money.

Trekfit’s system normally costs $70,000, but the park paid under $30,000, a deal Tomeo said was a promotion to show other municipalities and boroughs what this kind of program is all about.

“Parks are great places to go and exercise and this gives people more ways to get fit in the open air,” Barker said.

The equipment is treated with a special surface that is easy to clean, in case Montreal’s graffiti vandals come calling, Tomeo said.

asutherland@thegazette.canwest.com
© Copyright (c) The Montreal Gazette